Noticias

Les médias se font l'écho du Réseau Méditerranéen de Réserves de Biosphère

14 novembre 2019 | Fondation Abertis

Récemment, à l'occasion de la Journée des Réserves de Biosphère, plusieurs médias espagnols se sont fait l'écho, le 3 novembre dernier, des activités menées au Centre international de l'UNESCO pour les Réserves de Biosphère Méditerranéennes ainsi qu'au Réseau des Réserves de Biosphère de la Méditerranée (RRBBMed). Dans les nouvelles et les articles consacrés à la diffusion de ce projet, la presse a souligné l'importance et les fonctions des Réserves de Biosphère:

La Vanguardia a souligné que " les réserves sont l'un des principaux laboratoires pour prédire à la fois les effets que l'augmentation de la température globale peut générer et pour configurer les bases de la solution: un développement véritablement durable ".

Ils ont également rappelé le rôle joué par la Fondation Abertis qui, depuis 2015, est basée au Centre International de l'UNESCO pour les Réserves de Biosphère Méditerranéennes du Château de Castellet (Barcelone), où elle œuvre à la protection de quelque 70 réserves situées dans 15 pays des deux rives de la Méditerranée.

A El Español, ils ont également souligné que depuis 2016 " il existe le Campus International des Réserves de Biosphère Méditerranéennes avec lequel la Fondation Abertis collabore activement, en collaboration avec l'UAB, qui enseigne le Master en Études interdisciplinaires sur la durabilité environnementale, économique et sociale de l'Institut des Sciences et Technologies Environnementales (ICTA-UAB) ".

Ce journal rappelle également que " la Commission Européenne a attribué il y a environ un an l'un des programmes Erasmus+ au Centre International des Réserves de Biosphère de l'UNESCO pour la Méditerranée ".

Dans le même ordre d'idées, OKDiario décrit le Centre international de l'UNESCO comme " l'un des centres de diffusion des idées, des projets et des connaissances qui sert, comme l'explique la Fondation Abertis, à stimuler l'intérêt pour le patrimoine naturel et culturel, étant un modèle de gestion durable du patrimoine ". 

Enfin, Roser Maneja, docteur en sciences de l'environnement, chercheur à l'ICTA-UAB et coordinateur technique du Centre UNESCO pour les Réserves de Biosphère Méditerranéennes, a été interviewé par El Periódico dans un long article qui lui est consacré, où il souligne comment les réserves " cherchent à continuer à conserver leur biodiversité, avec tous les bénéfices que cela comporte: environnemental, social, sanitaire et développement économique durable. Quelque chose qui, sans aucun doute, doit servir d'exemple pour la planète entière si nous voulons faire face efficacement non seulement à l'urgence climatique, mais aussi à la paix et à la justice, surtout en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Comme le conclut Roser Maneja, "les réserves sont des laboratoires idéaux pour la recherche environnementale, certes, mais en même temps elles peuvent jouer un rôle clé dans l'établissement de dialogues de paix et la création des conditions nécessaires pour que leurs habitants ne soient pas obligés de risquer leur vie pour chercher une opportunité dans un autre continent".

Utilizamos cookies propias y de terceros para activar funciones básicas de recordatorio de información anónima de interacción con la web, inicio de sesión y acceso a áreas seguras, así como para realizar análisis de uso y navegación por la web. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración y obtener más información en la POLÍTICA DE COOKIES.

J'accepte